Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Un flic sur le toit- Les 2 scènes
© Malavida Films

Un flic sur le toit

Bo Widerberg – 1h47, Suède, 1976
Avec Carl-Gustaf Lindstedt, Sven Wollter, Thomas Hellberg

Suède, années 70. Le commissaire Nyman, figure controversée de la police suédoise, malade, est retrouvé égorgé dans sa chambre d’hôpital. Le commissaire Beck est chargé de l’enquête. Il apparaît progressivement que Nyman était un policier particulièrement odieux, mais couvert par sa hiérarchie.

Un film policier confié à un réalisateur anticonformiste : cette formule a rarement aussi bien fonctionné qu’avec cette adaptation de L’Abominable Homme de Säffle, du fameux duo Sjöwall-Whalöö, le couple qui inventa le personnage de l’inspecteur Martin Beck. Ce Maigret nordique a droit ici à un traitement de première classe, cinématographiquement parlant, et à une intrigue aux petits oignons. Grandes scènes d’action tournées dans Stockholm, crash d’hélicoptère, au fil de l’enquête, la peur monte sur la ville. Mais, tout en respectant les ingrédients de cette production commerciale qui eut, en Suède, un énorme succès, le singulier Bo Widerberg décale son regard. Il introduit un réalisme brut, une vérité qui détonne, impressionne. Considéré, à sa sortie, comme un pamphlet contre un État policier gangrené par la haine qu’il a générée, Un flic sur le toit apparaît aujourd’hui comme une oeuvre prophétique sur une société où surgit une violence nouvelle. Un monde sous la menace de la terreur et de la paranoïa. Le nôtre.
Frédéric Strauss, Télérama

Petit Kursaal
Du 30 novembre au 1 décembre
Le 30 novembre 2021 à 18h30
Le 1 décembre 2021 à 20h30
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial