Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - Ådalen 31 - Les 2 scènes
© Malavida Films

Ådalen 31

Bo Widerberg – 1h50, Suède, 1969
Avec Roland Hedlund, Peter Schildt, Kerstin Tidelius

1931. À Ådalen, au nord de la Suède, la grève a débuté depuis 93 jours. Kjell Andersson, fils d’un docker, s’éprend d’Anna, la fille d’un directeur d’usine. Les revendications se durcissent quand les patrons font appel à des ouvriers d’autres provinces, pour faire le travail des grévistes.

Tandis que le ton monte entre les forces de l’ordre et les dockers, les deux jeunes amoureux prennent cruellement conscience des barrières sociales qui menacent de les séparer.
Widerberg reconstitue ici les terribles grèves qui touchèrent la Suède en 1931 et qui débouchèrent sur l’instauration d’une démocratie sociale parmi les plus évoluées du siècle. Tout en restant fidèle au matériau historique, il évite les pièges de la reconstitution historique académique ou du film militant, préférant un traitement poétique et impressionniste. Il réalise un tableau magnifique d’une famille suédoise et surtout du monde ouvrier de son pays, tout cela en filmant par petites touches. Les protagonistes sont aussi des adolescents, témoins de cette grève, tout en se trouvant à une étape charnière de leur existence, puisqu’ils s’éveillent à la fois à la conscience sociale et politique et aux sens. Le cinéaste s’attarde sur leur vie familiale et amoureuse, avec une prédilection pour les digressions contemplatives qui renforcent le côté pictural de l’oeuvre. Un autre intérêt d’Ådalen 31 est sa capacité à greffer des préoccupations sociétales de la fin des années 60 à un cadre historique des années 30. La sexualité des jeunes, l’émancipation de la femme ou l’avortement y sont évoqués sans détour, de même que la condition ouvrière. Impressionniste et intimiste à la fois, cette reconstitution historique bouleverse par son intense humanité et la grâce infinie de sa réalisation. Un pur moment de bonheur cinématographique.
Gérard Crespo, À voir à lire

Petit Kursaal
Du 29 novembre au 2 décembre
Le 29 novembre 2021 à 20h30+ présentation
Le 1 décembre 2021 à 18h30+ présentation
Le 2 décembre 2021 à 16h+ présentation
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Grand prix spécial du jury – festival de Cannes 1969

Présentation par Olivier Assayas (3 min), un entretien filmé et produit par LaCinetek, la cinémathèque des réalisateurs, avec le soutien de l’ADRC.