Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films
Cycle Bo Widerberg - Cinéma - La Beauté des choses - Les 2 scènes
© Malavida Films

La Beauté des choses

Bo Widerberg – 2h, Suède, 1995
Avec Johan Widerberg, Marika Lagercrantz, Tomas von Brömssen

1943. Alors que ses camarades de classe ne parlent que de sexualité, un amour interdit naît entre Stig, jeune lycéen et son professeur Viola. Stig est attiré par cette femme belle et mature, Viola aime chez Stig sa jeunesse et son innocence. Mais il rencontre fortuitement Frank, le mari de Viola, représentant de commerce, alcoolique et fantasque. Une étrange relation d’amitié va naître entre eux.

Le cinéaste surprend par la sensualité de sa mise en scène d’abord suggestive avant d’aller frontalement vers l’érotisme. Il recoupe alors une thématique au cœur d’Elvira Madigan, la peinture d’un amour aussi précieux qu’interdit, condamné à s’exercer à l’abri des jugements extérieurs. L’acceptation de pulsions, un temps refoulées, se double chez Stig des découvertes de la sensualité et des sentiments, avant que l’entrée en scène de Frank ne contribue à aiguiser son regard sur l’art et sur le monde. L’éveil du corps et de l’esprit sont dépeints comme des outils d’élévation sociale. Le cinéaste est moins préoccupé par l’idée de panser les plaies du passé ou du présent que d’affronter sereinement et suffisamment armé, l’avenir. Élégant, délicat, savant, charnel, libre, soutenu par une somptueuse photographie, La Beauté des choses n’est en rien l’œuvre funeste ou testamentaire de Bo Widerberg, plutôt celle d’une éblouissante seconde jeunesse.
Vincent Nicolet, Culturopoing 

Petit Kursaal
Du 30 novembre au 1 décembre
Le 30 novembre 2021 à 20h30
Le 1 décembre 2021 à 16h
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Ours d’argent – festival de Berlin 1996