Cycle Cinémas d'Amérique latine - Sin Señas Particulares - Les 2 scènes
© Bodega Films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Sin Señas Particulares - Les 2 scènes
© Bodega Films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Sin Señas Particulares - Les 2 scènes
© Bodega Films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Sin Señas Particulares - Les 2 scènes
© Bodega Films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Sin Señas Particulares - Les 2 scènes
© Bodega Films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Sin Señas Particulares - Les 2 scènes
© Bodega Films

Sin Señas Particulares

Fernanda Valadez – 1h35, Mexique, 2021
Avec Mercedes Hernández, David Illescas, Juan Jesús Varela

Mexique aujourd’hui. Magdalena n’a plus de nouvelles de son fils, Jesús, depuis qu’il est parti, à bord du bus 670, rejoindre la frontière. Partie à sa recherche, elle rencontre Miguel expulsé des États-Unis qui veut retrouver sa mère et son village. Ils traversent ensemble un territoire abandonné par ses habitants qui fuient les gangs. Leur quête les conduira à une vérité inattendue. 

Il aura suffi d’un seul film à Fernanda Valadez pour s’imposer comme une référence majeure du cinéma mexicain contemporain. Porté par la cinématographie somptueuse de Claudia Becerril Bulos, Sans signe particulier est une brillante pièce scénaristique qui s’immisce dans les arcanes sociaux du Mexique. Mais qu’a-t-il bien pu arriver au bus 670 ? Dans Sans signe particulier, le mutisme est d’or, personne (ou presque) ne veut répondre à cette question pourtant simple. La mort comme bagatelle administrative où l’on identifie les corps à la chaîne.
Un road-movie lyrique, poétique et mystique inspiré par Walkabout de Nicolas Roeg, Sans signe particulier est ce conte tragique de l’horreur sur les routes du Mexique. Une narration lente et une caméra qui balaye les paysages et la désolation environnante. Un périple qui embarque sa protagoniste (formidablement campée par l’actrice Mercedes Hernández) dans l’estuaire des cartels à la frontière avec les États-Unis. Jesús (Juan Jesús Varela) est pris au piège d’un panier de crabes rouges comme le diable. La quête de cette mère est rendue avec noblesse, avec, entre les lignes, la réalité assassine de ces enfants soldats pris dans les mailles des gangs. Notons aussi que pour cette fable magnifique, Fernanda Valadez s’est entourée d’une équipe presque exclusivement féminine. Un premier long-métrage à couper le souffle ! 
Théo Metais, Cineman 

Petit Kursaal
Du 22 au 26 novembre
Le 22 novembre 2021 à 14h+ présentation
Le 24 novembre 2021 à 18h30+ présentation
Le 25 novembre 2021 à 16h15+ présentation
Le 26 novembre 2021 à 20h30+ café-ciné + rencontre
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Sortie en salle le 22 septembre 2021 
Prix du scénario & Prix du public – Sundance Festival, 2020

Café-ciné à 19h, vendredi 26 novembre
Rencontre en visio depuis le Mexique avec la réalisatrice, le 26 novembre (sous réserve) 
Présentation filmée de la réalisatrice lors des autres séances (durée 2 min)