Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© Bruno Machado
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© RT FEATURES POLA PANDORA SONY PICTURES CANAL BRASIL
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© RT FEATURES POLA PANDORA SONY PICTURES CANAL BRASIL
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© RT FEATURES POLA PANDORA SONY PICTURES CANAL BRASIL
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© Bruno Machado
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© RT FEATURES POLA PANDORA SONY PICTURES CANAL BRASIL
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© RT FEATURES POLA PANDORA SONY PICTURES CANAL BRASIL
Cycle Cinémas d'Amérique latine - La Vie Invisible D'Euridice Gusmao- Les 2 scènes
© RT FEATURES POLA PANDORA SONY PICTURES CANAL BRASIL

La Vie invisible d’Euridice Gusmão

Karim Aïnouz – 2h20, Brésil, 2019
Avec Carol Duarte, Júlia Stockler, Gregório Duvivier

Rio de Janeiro, 1950. Euridice, 18 ans, et Guida, 20 ans, sont deux soeurs inséparables. Elles vivent chez leurs parents et rêvent, l’une d’une carrière de pianiste, l’autre du grand amour. À cause de leur père, les deux soeurs vont devoir construire leurs vies l’une sans l’autre. Séparées, elles prendront en main leur destin, sans jamais renoncer à se retrouver.

Révélé en 2002 par son formidable premier long métrage, Madame Sata, Karim Aïnouz, après plusieurs documentaires, signe sa sixième fiction ; il adapte le roman populaire de Martha Batalha, mélange de mélodrame assumé et de telenovela haletante. Il suit le parcours de ces deux femmes, reliées par un fil invisible, portant chacune une boucle d’oreille témoin de leur séparation, et tentant vaille que vaille de se tenir debout, dans une société patriarcale, où être artiste ou fille mère ne va pas de soi. Elles s’efforcent de ne pas céder au désespoir ni au chagrin, en se réconfortant au sort enviable dont chacune croit que l’autre jouit.
Filmé dans des couleurs chatoyantes avec des cadres dans le cadre qui alternent entre étouffement et lumière, baigné de sons urbains omniprésents et d’une musique à la fois symbole de délivrance et d’enfermement, La Vie invisible d’Euridice Gusmāo est une réussite absolue.
Isabelle Danel, Bande à part

Petit Kursaal
Du 24 au 26 novembre
Le 24 novembre 2021 à 20h30
Le 26 novembre 2021 à 16h15+ café-ciné
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Sortie en salle le 11 décembre 2019
Prix Un certain regard, festival de Cannes 2019

café-ciné à 19h, vendredi 26 novembre