Juliana
© Bobine films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Juliana - Les 2 scènes
© Bobine films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Juliana - Les 2 scènes
© Bobine films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Juliana - Les 2 scènes
© Bobine films
Juliana
© Bobine films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Juliana - Les 2 scènes
© Bobine films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Juliana - Les 2 scènes
© Bobine films
Cycle Cinémas d'Amérique latine - Juliana - Les 2 scènes
© Bobine films

Juliana

Alejandro Legaspi et Fernando Espinoza – 1h34, Pérou, 1989
Avec Rosa Isabel Morffino, Julio Vega, Maritza Gutti

Lima, dans les années 80. Maltraitée par son beau-père, la jeune Juliana prend la fuite. Livrée à elle-même, l’adolescente coupe ses cheveux et se fait passer pour un garçon. Sous une autre identité, l’adolescente intègre alors une bande d’enfants des rues qui se débrouillent comme ils peuvent pour survivre. Face aux menaces du monde adulte, le clan va rapidement devoir unir ses forces.

Succès public et critique au Pérou mais inédit dans les salles françaises, Juliana prolonge la recherche amorcée par ses réalisateurs avec Georgio (1984) : raconter les injustices sociales du pays du point de vue des opprimés. L’alliage de dialogues vifs, dénotant l’extrême lucidité de ces enfants, avec des cadres implacables donne à voir sans détour la brutalité du réel, conférant parfois la sensation d’une reprise de Los Olvidados par Lino Brocka. Le portrait de Juliana dans les rues décrépies de Lima parvient progressivement à faire tenir dans le même cadre ceux qui partagent son destin. Juliana étonne ainsi par sa manière de susciter un collectif d’enfants qui s’affranchit de la cupidité vile des adultes et de l’absence de perspective dans une société anéantie par l’inflation. Que ce soit dans le bus où ils chantent leur détresse ou dans une séquence où ils livrent tour à tour des bribes tragiques de leur histoire, Juliana interroge aussi sa propre forme : la fragile frontière entre le style documentaire et le risque d’une esthétisation de la misère.
Claire Allouche, Cahiers du Cinéma

Petit Kursaal
Du 23 au 27 novembre
Le 23 novembre 2021 à 18h30
Le 25 novembre 2021 à 14h
Le 27 novembre 2021 à 14h
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Version inédite restaurée
Sortie le 9 juin 2021