Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films
Voyage au bout de l’enfer  (The Deer Hunter) | Michael Cimino | Cinéma Les 2 Scènes
© Carlotta Films

Voyage au bout de l’enfer (The Deer Hunter)

Michael Cimino – 3h03, États-Unis, 1978
avec Robert de Niro, John Savage, Christopher Walken

1968. Mike, Steven, Nick, Stan et Axel travaillent dans l’aciérie de la petite ville de Clairton, Pennsylvanie. La vie suit son cours dans ce bourg d’immigrés russes où les histoires de cœur vont bon train : Steven épouse Angela, bien que celle-ci soit enceinte d’un autre, tandis que Nick flirte avec Linda, laquelle semble quelque peu troubler Mike. Mais cette tranquillité est rattrapée par la lointaine guerre du Vietnam lorsque Mike, Steven et Nick sont mobilisés pour partir au combat. L’expérience traumatisante du conflit va alors considérablement bouleverser leurs rapports une fois rentrés au pays…

Voyage au bout de l’enfer est une fresque sidérante qui, sur presque trois heures, décrit avec une intensité tripale inouïe les destins âpres de trois Américains moyens pendant la guerre du Vietnam. Un voyage qui ne s’oublie pas. La première partie correspond à une longue exposition qui introduit les personnages (a priori en liesse) et tisse leurs liens. Et sous les sourires complices, Cimino capte les sourires tristes, les regards mélancoliques d’hommes qui ont peur de mourir demain à la guerre. La seconde plonge dans le chaos délétère de la guerre du Vietnam et dépeint le cauchemar sans ostentation. La troisième (et dernière) montre les conséquences de la barbarie sur les trois protagonistes. Voyage au bout de l’enfer, film qui glana à l’époque pas moins de cinq Oscars, ne se résume (évidemment) pas à une formule ternaire. De la même façon que La Porte du paradis court-circuite avec une ardeur confondante les codes du western, Voyage au bout de l’enfer aborde la guerre du Vietnam en hachant les conventions, misant sur l’humain avant de céder au spectaculaire... La conjonction d’une interprétation d’ensemble hors pair, d’une mise en scène ultra-précise et d’un scénario poignant comme l’enfer achève de faire de ce voyage au bout de nos entrailles, de nos peurs et de nos capacités à surmonter une épreuve, un objet de cinéma d’une perfection éblouissante.
Romain Le Vern, À voir à lire

Petit Kursaal
Du 15 au 24 mai
Le 15 mai 2022 à 18h
Le 19 mai 2022 à 16h
Le 24 mai 2022 à 20h
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur, 1979