Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films
Sous le ciel de Koutaïssi | En marge | Cinéma Les 2 Scènes
© Damned Films

Sous le ciel de Koutaïssi

Alexandre Koberidze – 2h31, Géorgie, 2022
avec Giorgi Bochorishvili, Ani Karseladze, Oliko Barbakadze

C’est le coup de foudre quand Lisa et Giorgi se rencontrent par hasard dans les rues de Koutaïssi. L’amour les frappe si soudainement, qu’ils en oublient même de se demander leur prénom. Avant de poursuivre leur chemin, ils décident de se retrouver le lendemain.
Ils sont loin de se douter que le mauvais œil leur a jeté un sort.

Un livre tombe, un garçon rencontre une fille. À partir de là, tous les possibles du cinéma s’ouvrent à nous sur l’écran. Une histoire d’amour, bien sûr, mais aussi un film fantastique, un hommage à l’image, une rêverie sur le hasard…
Sous le ciel de Koutaïssi, premier long métrage du Géorgien Alexandre Koberidze primé un peu partout, dont récemment au Festival Premiers Plans d’Angers, est un conte de fées d’aujourd’hui, qui musarde et lézarde. Évoquant les sortilèges les plus fous qui peuvent contrecarrer une rencontre, digressant au fil de l’eau, d’une rive à l’autre du Rioni, le fleuve qui traverse la ville, cet ovni de deux heures et trente et une minutes ménage de constantes surprises. Dans ce long poème filmé, le spectateur est tour à tour embarqué, émerveillé, ballotté. La caméra embrasse les paysages, scrute les visages, semble capter le moindre souffle d’air, l’agitation des foules, la tristesse des rendez-vous manqués, le silence qui n’est qu’apparence, le mouvement de l’univers. Il est dit dans ce film qu’il ne fait ni « avancer la société » ni « rien du tout ». Et, bien sûr, c’est totalement faux. 
Car le pouvoir des histoires, fussent-elles irréalistes (et même, a fortiori, si elles le sont), la force des images, la puissance de l’imagination, sont ce qui nous porte et nous hisse. Le regard d’Alexandre Koberidze sur « une parmi mille aventures palpitantes qui ont lieu tous les jours dans ce monde » exalte la beauté des petits riens et le bonheur d’être vivant. Et c’est tout un art.
Isabelle Danel, Bande à part

Petit Kursaal
Du 10 au 13 juin
Le 10 juin 2022 à 15h
Le 11 juin 2022 à 18h15+ café-ciné
Le 13 juin 2022 à 15h
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

sortie en salle le 23 février 2022

→  samedi 11 juin, précédé du café-ciné à 17h (entrée libre)