Le Messager | Joseph Losey | Cinéma Les 2 Scènes
© Columbia Pictures
Le Messager | Joseph Losey | Cinéma Les 2 Scènes
© Columbia Pictures
Le Messager | Joseph Losey | Cinéma Les 2 Scènes
© Columbia Pictures
Le Messager | Joseph Losey | Cinéma Les 2 Scènes
© Columbia Pictures
Le Messager | Joseph Losey | Cinéma Les 2 Scènes
© Columbia Pictures
Le Messager | Joseph Losey | Cinéma Les 2 Scènes
© Columbia Pictures

Le Messager (The Go-Between)

1h56, Grande-Bretagne, 1971
avec Julie Christie, Alan Bates, Dominic Guard

À l’été 1900, Leo est invité par un camarade à passer des vacances dans le château de sa famille. Le jeune garçon devient le messager de la correspondance clandestine entre la sœur de son ami et un fermier du voisinage. 

Le Messager narre la découverte d’une aristocratie séduisante par le prisme d’un jeune garçon modeste, soudain confronté au cruel monde des adultes. Tandis qu’il devient le messager clandestin d’une liaison cachée, son innocence se brise petit à petit au cœur d’une initiation qui le bouleverse pour le reste de sa vie. Dans la retenue d’une mise en scène à la fois brûlante et glaciale, le cinéaste évoque la grâce et l’émotion des premières fois, à l’ère d’une société corrompue. En interrogeant l’impact du passé sur le présent, il filme l’émerveillement d’un enfant, encore préservé d’un système aliénant, pour une existence de privilèges illusoires. Avec une tendre mélancolie, Losey questionne ainsi le poids du secret, mais aussi la difficulté à dépasser la violence d’un traumatisme prématuré.
Jean-François Rauger, La Cinémathèque française 

Petit Kursaal
Du 7 au 11 juin
Le 7 juin 2022 à 20h+ présentation
Le 9 juin 2022 à 18h15
Le 11 juin 2022 à 15h
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial

Palme d’or – Festival de Cannes, 1971

→ mardi 7 juin, présenté et suivi d’une analyse par Pascal Binétruy, critique pour la revue Positif