La Fièvre (A Febre)
© Survivance
La Fièvre (A Febre) | Chers parents | Les 2 Scènes
© Survivance
La Fièvre (A Febre) | Chers parents | Les 2 Scènes
© Survivance
La Fièvre (A Febre) | Chers parents | Les 2 Scènes
© Survivance
La Fièvre (A Febre)
© Survivance
La Fièvre (A Febre) | Chers parents | Les 2 Scènes
© Survivance
La Fièvre (A Febre) | Chers parents | Les 2 Scènes
© Survivance
La Fièvre (A Febre) | Chers parents | Les 2 Scènes
© Survivance

La Fièvre (A Febre)

Maya Da-Rin – 1h38, Brésil, 2019
Avec Regis Myrupu, Rosa Peixoto, Johnatan Sodré

Manaus, une ville industrielle au coeur de la forêt amazonienne. Justino, un Amérindien de 45 ans, est agent de sécurité dans le port de commerce. Sa fille se prépare à partir pour Brasília afin d’y suivre des études de médecine. Confronté à la solitude de sa modeste maison et persuadé d’être poursuivi par un animal sauvage, Justino est saisi d’une fièvre mystérieuse.

La réalisatrice brésilienne dresse un portrait envoûtant d’un Amérindien déraciné dans le port de Manaus au Brésil. Œuvre atmosphérique, La Fièvre a reçu le prix Fipresci et son acteur principal le prix d’interprétation masculine au festival de Locarno, fait remarquable pour ce comédien non professionnel, issu d’une famille de chamans et de l’ethnie Desana. Il faut dire que ce film est né d’un long travail mené avec des habitants du haut rio Negro, dans le nord-ouest de l’État d’Amazonas, où cohabitent une vingtaine de groupes ethniques. Ces hommes et ces femmes partagent la même langue véhiculaire, le tukano : ils considèrent les animaux (et autres êtres) comme des « peuples » habitant le même monde que celui des hommes et croient aux relations entre les humains, les animaux et la forêt (amazonienne, en l’occurrence). Le film de Maya Da-Rin suit le cheminement géographique et mental de Justino, entre sa maison périphérique et la friche industrielle remplie de conteneurs où il officie comme vigile. Droit comme un i dans le port de Manaus, situé en lisière de la forêt, Justino est filmé comme un chasseur guettant une proie invisible, et le film déploie toute sa puissance cinématographique sur ce territoire hybride, à cheval entre deux mondes, la « modernité » occidentale versus les cultures autochtones du haut rio Negro, non moins vivantes. Le choix d’accompagner les migrations pendulaires de Justino, de suivre son pas, sa routine, son quotidien tranquille avec sa fille Vanessa suscite chez le spectateur l’étrange impression de connaître cet homme depuis longtemps. Comme pour imprimer durablement, aussi, une veine esthétique irriguée par l’art contemporain et l’enchevêtrement de récits, où les conflits se logent, sans bruit, dans les esprits. La Fièvre trace de multiples lignes de survie entre lesquelles chacun se fraie un chemin.
Clarisse Fabre, Le Monde

Petit Kursaal
Du 31 janvier au 7 février
Le 31 janvier 2022 à 20h30
Le 2 février 2022 à 16h
Le 7 février 2022 à 18h15
Tarif cinéma

de 2,50 à 5 €

à l'unité
plein tarif  5 €
tarif réduit*  4 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 3 €

carte cinéma (10 places)
plein tarif  40 €
tarif réduit*  35 €
tarif spécial** / vacances au cinéma 25 €

*/** → voir les bénéficiaires des tarifs réduit et spécial