Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Cinéma d'Asie/ Centaure
  • Mercredi 14 Mars à 20h15
  • Mardi 27 Mars à 18h30
  • Mardi 3 Avril à 17h00
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Centaure

AKTAN ARYM KUBAT - 1H30, KIRGHIZISTAN, 2018

AVEC AKTAN ARYM KUBAT, TAALAÏKAN ABAZOVA, BOLOT TENTIMYSHOV

Centaure vit avec sa jeune femme sourde et muette et leur fils dans un village des environs de Bichkek, la capitale du Kirghizistan. À Nurberdi, son fils, il raconte les légendes du temps passé, où les chevaux et les hommes ne faisaient qu’un, les premiers donnant des ailes aux seconds. Mais un jour, un mystérieux vol de cheval a lieu et tout accuse Centaure…

Aktan Arym Kubat, également appelé Abdykalykov et déjà auteur du Fils Adoptif (1998), Le Singe (2001) et Le voleur de lumière (2011), propose une nouvelle et émouvante élégie, hommage à une culture confrontée à une mutation paraissant irréversible. Qu’on ne s’y trompe pas, l’intrigue de Centaure ne tourne pas autour d’une simple opposition entre tradition, forcément bonne, et modernité, forcément mauvaise. Le propos de Arym Kubat est plus subtil, comme le sont sa mise en scène et les parcours de ses protagonistes. Le film doit plutôt être pris comme un instantané poétique, évitant les clichés exotiques, traçant le portrait d’une société en pleine mutation, subissant des influences multiples dans une région du monde secouée par la guerre – en Afghanistan tout proche – où un islam rigoriste tente de s’imposer. Le sérieux du propos n’empêche pourtant pas l’humour de s’immiscer dans le récit, lui donnant une légèreté bienvenue. En fait, Centaure, tourné au Kirghizistan, narrant une histoire caractéris- tique de la culture et de la situation politique kirghizes, développe une intrigue à la portée universelle menée de main de maître par un réalisateur qui s’impose aussi – encore une fois – comme un acteur de talent.
Martial Knaebel, co-fondateur du festival Visions du réel