Les deux scènes

Les deux scènes
  • Mardi 15 Août à 20h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Victoria

JUSTINE TRIET - 1H36, 2016

AVEC VIRGINIE EFIRA, VINCENT LACOSTE, MELVIL POUPAUD

Victoria Spick, avocate pénaliste en plein néant sentimental, débarque à un mariage où elle y retrouve son ami Vincent et Sam, un ex-dealer qu’elle a sorti d’affaire. Le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime. Victoria accepte à contrecœur de défendre Vincent tandis qu’elle embauche Sam comme jeune homme au pair. Le début d’une série de cataclysmes pour Victoria.

« Je voudrais comprendre où ça a commencé à merder chimiquement dans ma vie », avance, penaude, Virginie Efira à son psy, dans la toute première scène de Victoria. Tout, en effet, dans le second long métrage de Justine Triet, nous ramène à cela, à cette science des molécules et des alliages, des corps et de leurs interactions, science qui est consubstantielle à la comédie sentimentale. Et si elle ne vise pas à révolutionner ce genre typiquement américain, la jeune cinéaste réussit à l’embrasser avec une force rare, comme personne n’y était plus parvenu en France – en dépit de quelques réussites mineures – depuis des temps trop lointains pour qu’on se hasarde à un datage précis. La réalisatrice réussit ainsi l’alliage miraculeux entre deux maîtres de la comédie américaine, James L. Brooks et Blake Edwards, entre l’empêtrement psychique de l’un et l’empêtrement physique de l’autre. La comédienne Virginie Efira est ici génialissime, en état de grâce, se prêtant à un comique à la fois verbal et burlesque qui culmine lors d’une exquise plaidoirie. Irrésistiblement drôle, en même temps profond, hyper contemporain, un gros coup de cœur !
Jacky Goldberg, Les Inrocks