Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Agnès Varda/ MUR MURS
  • Vendredi 6 Janvier à 18h30
  • Samedi 7 Janvier à 16h00
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
+ débat avec David Demougeot, Bien Urbain - association Juste Ici

MUR MURS

1H20, ÉTATS-UNIS, 1980

À Los Angeles, les murs ont la parole. D’innombrables fresques murales, peintes souvent par des artistes anonymes, recouvrent les murs gris et lépreux de couleurs flamboyantes. La réalisatrice a enquêté durant plus de quatre mois sur cette forme détonnante d’art brut. Scènes d’apocalypse guerrière, imitations de toiles classiques, thèmes religieux, héros de cinéma - aux abords des grands studios hollywoodiens - ou de bandes dessinées, mais aussi revendications des minorités portoricaines, noires, féministes, mexicaines : les sujets ont les visages multiples de la société américaine.

Je filme des gens et leur imagination, même quand elle est téléguidée ou seulement au service de l’idéologie résistante. J’ai aimé découvrir, au hasard des rues, des guerriers à plumes, vaillants et moustachus, et des serpents mythiques et des femmes en colère criant comme à Guernica. J’ai aimé rencontrer ceux qui ont peint, comme Willie Herron, qui a décidé de choisir l’art plutôt que la vengeance quand il a découvert son frère de seize ans gisant dans une flaque de sang. (...) Et quand je filme au gré de mes sympathies et des mes observations ceux qui ont un discours original sur leur ville, quand je m’émerveille qu’une boulangère — avec de si beaux accroche-cœurs — parle d’art et d’oppression et de pâtisseries mexicaines avec le même naturel, je ne fais que témoigner avec eux du monde où nous vivons.
Agnès Varda, Le Monde diplomatique