Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Science-Fiction #1/ Metropolis
  • Mardi 31 Janvier à 18h30
  • Dimanche 5 Février à 16h00
  • Samedi 11 Février à 14h00
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€

Metropolis

FRITZ LANG - 2H30, ALLEMAGNE, 1927

AVEC BRIGITTE HELM, ALFRED ABEL, RUDOLF KLEIN-ROGGE

Version restaurée et intégrale

En 2026, l'industriel John Fredersen dirige une gigantesque ville construite entièrement à la verticale séparée en deux : en haut, le quartier des puissants, en bas celui des travailleurs. Son fils s’aventure dans les entrailles de la cité et découvre que des ouvriers se tuent à la tâche toute la journée pour permettre à Metropolis de perdurer. C’est également dans ces lieux qu’il fait la connaissance de Maria, jeune femme engagée qui incarne l’espoir d’une vie meilleure.
Mais retranché dans sa sombre demeure, un savant fou enlève Maria...

Metropolis est le premier véritable film de science-fiction de l’histoire du cinéma. D’une inventivité et d’une créativité exceptionnelles, il est devenu, malgré son échec commercial en 1927 un des grands classiques du cinéma mondial et un des symboles de l’âge d’or du cinéma allemand des années 1920.
C’est d’abord un gigantesque chantier cinématographique. 311 jours et 60 nuits de tournage furent nécessaires pour terminer cette œuvre spectaculaire. Les nouveaux procédés de prise de vue avec miroirs permettent de composer des images en trompe-l’œil avec des décors qui semblent gigantesques : on utilise également des procédés d’animation, la méthode des surimpressions... L’élaboration des décors devient un espace d’expérimentation et d’expression plastique. Fritz Lang propose une architecture de la ville du futur si puissante et moderne qu’elle reste encore étonnante pour les spectateurs d’aujourd’hui. Les images de l’usine, avec ses foules d’ouvriers marchant en cadence, les visions de la ville avec ses étages superposés, inspirées de New York que Lang a visité en 1924, la fantasmagorie éblouissante de la naissance de l’androïde restent de grands moments d’anthologie. Ce qui caractérise Metropolis, c’est la grandeur technique de son exécution, sa splendeur visuelle et spectaculaire et la force intemporelle des thèmes abordés. C’est une œuvre moderne, effrayante, prémonitoire à certains égards du futur cauchemar nazi.