Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Cinéma & Poésie/ Dernières nouvelles du cosmos
  • Jeudi 8 Juin à 17h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
Suivi d'un débat avec les Poètes du Jeudi, Élodie Bouygues et Jacques Moulin

Dernières nouvelles du cosmos

JULIE BERTUCCELLI - 1H25, FRANCE, 2016

Hélène aura bientôt 30 ans, elle est autiste, elle ne parle pas. Usant de lettres plastifiées qu’elle dispose de sorte qu’elles forment des mots, elle écrit. Et ce qu’elle écrit est sidérant. Phrases fulgurantes, poèmes éblouissants (un de ses textes s’intitule Algorithme éponyme), qu’elle signe du nom de Babouillec. Et sans une faute d’orthographe, elle qui n’a connu d’autre école que la maternelle pendant six mois. Un mystère devant lequel les plus savants reconnaissent leur incompréhension.

Face au portrait d’Hélène « Babouillec », filmé avec art par Julie Bertuccelli, toujours à bonne distance, le regard toujours juste, on ne se sent capable que de reprendre les mots de cette jeune femme proprement unique. Ceux-ci, parmi d’autres, à l’adresse de la réalisatrice en cours de tournage : « Le film usé de nos scénarios sociaux sature les envies énigmatiques. L’œil goguenard de ta caméra filme tout bas le haut de nos êtres. J’adore. ». Comment ne pas adorer Babouillec, « orateur sans frontière interdit de passeport »...
Pascal Mérigeau, Le Nouvel Observateur