Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / JEAN-PIERRE MELVILLE/ LE SAMOURAÏ
  • Vendredi 13 Novembre 2015 à 18h30
  • Mercredi 18 Novembre 2015 à 20h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
analyse du film par Denitza Bantcheva mercredi 18

LE SAMOURAÏ

1H45, FRANCE, ITALIE, 1967

AVEC ALAIN DELON, FRANÇOIS PÉRIER, NATHALIE DELON

Jef Costello, dit le Samouraï est un tueur à gages. Alors qu’il sort du bureau où gît le cadavre de Martey, sa dernière cible, il croise la pianiste du club, Valérie.

En dépit d’un bon alibi, il est suspecté du meurtre par le commissaire chargé de l’enquête. Lorsqu’elle est interrogée par celui-ci, la pianiste feint ne pas le reconnaître. Relâché, Jef cherche à comprendre la raison pour laquelle la jeune femme a agi de la sorte. Dans Le Samouraï, Melville réduit le code du genre à son essence, en ritualisant et en stylisant l’action criminelle, avec un esthétisme prononcé. Irréaliste au possible, le film est en même temps chargé d’un discours implicite sur la condition de l’homme moderne. Jef Costello, solitaire énigmatique, à la fois tueur à gages et personnage de tragédie prêt au sacrifice, est joué par Delon avec une intensité et une finesse qui en feront l’icône d’une nouvelle mythologie.

Photographies ©Pathé