Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Charles Chaplin/ L'Opinion publique (a woman of Paris)
  • Mardi 4 Décembre à 19h30
  • Jeudi 6 Décembre à 20h30
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
PRÉSENTÉ PAR JEAN-FRANÇOIS BUIRÉ ET PRÉCÉDÉ DE SA CONFÉRENCE

L'Opinion publique (a woman of Paris)

CHARLES CHAPLIN - 1H30, ÉTATS-UNIS, 1923

AVEC CHARLES CHAPLIN, CLARENCE GELDART, EDNA PURVIANCE

Deux jeunes amoureux se fréquentent contre l’avis de leurs familles respectives et décident de quitter la province pour Paris. Tandis que Marie s’impatiente à la gare, Jean, impuissant, assiste à la mort de son père à la suite d’une violente dispute.

En 1922, Chaplin a 33 ans. Il vient de réaliser Le Kid et Le Pèlerin. Il est mondialement célèbre, mais supporte mal le mépris dans lequel les producteurs tiennent les comiques. Alors il se lance un défi : rompre avec le mythe de Charlot et signer une œuvre qui sera la plus importante de sa carrière. Outre-Atlantique, L’Opinion publique sort sous le titre A woman of Paris, afin de ménager la censure, susceptible d’y voir une charge contre les mœurs américaines. Peine perdue : jugé choquant, le film est interdit dans une quinzaine d’États. Pendant plus de cinquante ans, il sera quasiment invisible. Quelques mois avant sa mort, Chaplin accepte enfin de le voir redistribué. C’est une œuvre capitale. On est frappé par l’élégance du style, la précision des cadrages, l’audace des ellipses, l’économie de moyens… Les grandes scènes mondaines évoquent von Stroheim et annoncent Lubitsch, qui découvrira le film avec enthousiasme. Tous les thèmes chaplinesques sont là : la ville qui corrompt, le pouvoir de l’argent, le désespoir amoureux… Mais aucun vagabond claudiquant ne vient nous faire rire ou sourire. Le regard du cinéaste n’en paraît que plus grave, impitoyable, voire cynique. Aujourd’hui, ce film secret, rare et mal-aimé, brille de l’éclat des grands classiques.
Bernard Génin, Télérama