Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Familles modernes/ L’Envolée
  • Vendredi 19 Février 2021 à 20h30
  • Samedi 20 Février 2021 à 14h15
  • Vendredi 26 Février 2021 à 18h00
  • Samedi 27 Février 2021 à 16h00
  • Au Kursaal
  • Tarif de 2,50 à 5€
séance annulée

L’Envolée

Eva Riley – 1h23, Royaume-Uni, 2019

avec Frankie Box, Alfie Deegan, Sharlene Whyte

 

Leigh, 14 ans, vit dans la banlieue de Brighton avec un père souvent absent. C’est une gymnaste douée qui s’entraine intensément pour sa première compétition. Lorsqu’un demi-frère plus âgé apparaît un jour sur le seuil de sa porte, son existence solitaire vacille. La méfiance fait place à des sensations inconnues et grisantes. Leigh s’ouvre à un monde nouveau. 

La scénariste et réalisatrice écossaise Eva Riley, 34 ans, détourne quelque peu les codes du cinéma réaliste à l’anglaise. La dimension sociale reste en filigrane dans ce récit d’apprentissage intimiste, où s’entrechoquent les élans et les empêchements de l’adolescence. Frôler les limites, transgresser, pour se révéler à soi-même : ce premier film solaire est avant tout un beau portrait d’adolescente frondeuse, cueillie dans cet entre deux âges où le corps et l’esprit sont comme en proie au vertige. Leigh ne cesse de tomber pendant l’entraînement, mais se sent pousser des ailes le temps d’une virée à moto, d’une escapade en forêt, ou en s’échappant, triomphante, d’une maison après un petit larcin… Par petites touches, la réalisatrice montre comment s’invente une nouvelle cellule familiale à travers le face-à-face entre ces deux adolescents sans repères, qui expérimentent la confusion des sentiments, mais surtout la naissance d’une indéfectible complicité. En sachant enfin à quel regard s’abandonner, se dévoiler, l’héroïne connaît une sorte d’éclosion gracieuse, évidente. Désarmants de naturel, Frankie Box et Alfie Deegan campent une fratrie sauvage et diablement attachante, dans le décor d’une banlieue ouvrière où, pour une fois, le soleil et les couleurs vives remplacent l’éternelle grisaille. 
Hélène Marzolf, Télérama