Les deux scènes

Les deux scènes
Cinéma / Ava
  • Mardi 21 Août à 20h30
  • À l'Espace
  • Tarif de 2,50 à 5€

Ava

LÉA MYSIUS - 1H45, 2017

AVEC NOÉE ABITA, LAURE CALAMY, JUAN CANO

Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l’océan quand elle apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir
qui appartient à un jeune homme en fuite…

Un premier film pour décrire, le temps d’un été, les premiers émois d’une adolescente : a priori, Ava a des airs de déjà-vu. Et pourtant, Léa Mysius (coscénariste des Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin et remarquée pour ses courts métrages) parvient, dès le premier plan, à imposer un style d’une singularité rare : une plage gorgée de couleurs, livrée aux touristes entre lesquels circule un mystérieux chien noir. Et la réalisatrice ne cesse, par la suite, de démontrer l’originalité et l’audace de sa mise en scène. D’abord parce qu’elle jette le trouble en choisissant une très jeune interprète, Noée Abita, dont elle révèle, derrière le visage poupin et le regard mutin, la femme en devenir. Ensuite parce que, débarrassant son conte initiatique de tout sentimentalisme, elle imprime à son récit une forme d’urgence cruelle, guidée par la cécité progressive de son héroïne. Avant que le noir ne l’envahisse, Ava veut — et doit — voir/vivre. Dès lors, les étapes qui pourraient apparaître comme de simples passages obligés propres à tout récit d’apprentissage (conscience de soi, découverte de la sexualité, émancipation) prennent un sens dramatique, portées par une pulsion aussi vitale que désespérée. À travers le regard intense d’Ava, les images du film se laissent ainsi envahir par une douceur crue qui intensifie à la fois les ombres et les couleurs. Pari réussi de Léa Mysius : filmer l’aube de son héroïne comme une ode crépusculaire. Si Ava n’est pas sans maladresses — cherchant, comme tout premier long métrage, autant à dire qu’à prouver —, il n’en signe pas moins l’acte de naissance d’une réalisatrice à suivre de très près.
La rédaction, Les Fiches du cinéma